Accueil 2001-2004
Nouveaux voyages
Escapades
Le Vietnam
Le Népal
L'Algérie
Le Niger
Le Mali
Le Brésil
Madère
Bolivie/Chili
La Birmanie
Accès direct photos
Pages de Claire
Photo du mois
Sites Voyages

Voyage en Birmanie, informations sur le pays:

       

Dans cette page vous trouverez quelques informations générales pour un voyage en Birmanie:

 

bullet

Histoire

bullet

Géographie

bullet

Climat

bullet

Formalités

bullet

Vaccinations et santé

bullet

Argent et change

bullet

Carte de Birmanie et détail du circuit

Histoire de la Birmanie (principales dates)

bullet

Ier siècle av. J.-C. - Les Pyu établissent des cités-Etats au centre du pays.

bullet

VIe siècle - Les Môn s'installent dans les plaines côtières fertiles s'étendant du delta de l'Ayeyarwady (Irrawaddy) jusqu'à l'ouest du Cambodge.

bullet

VIIIe/IXe siècle - Les Birmans, Mongols originaires de l'est de l'Himalaya, supplantent les Pyu au cour du Myanmar.

bullet

1044 - Anawrahta accède au trône ; Bagan, fondée en 849, connaît son âge d'or avec l'apport de la culture môn et devient la capitale du premier royaume birman.

bullet

1364 - Les Shan fondent le royaume d'Ava, à proximité de l'actuelle Mandalay. Sur la côte ouest, les Rakhine (ou Arakanais) fondent Mrauk U (Myohaung), royaume bouddhiste qui rivalise avec Bagan.

bullet

1472 - Accession au trône de Dhammazedi, considéré comme le plus grand des rois de Pegu. Développement du bouddhisme et premiers contacts avec l'Europe.

bullet

1550 - Avènement de Bayinnaung, roi de Taungoo (terre de réfugiés birmans originaires des nouveaux royaumes shan). Sous le "Second Empire birman", ce dernier va réunifier le pays et infliger une défaite cuisante aux Siamois. Dès sa mort, en 1581, le nouveau royaume décline.

bullet

1819 - Les Britanniques déclarent la guerre aux Birmans. Aux termes du traité de Yandabo, un " résident " britannique prend le contrôle de plusieurs régions.

bullet

1852 - Deuxième guerre anglo-birmane. Le Bas-Myanmar (et ses immenses réserves de teck et de riz) devient province de l'empire des Indes.

bullet

1885 - Les Anglais s'emparent de Mandalay et du Haut-Myanmar. Les Indiens, traditionnellement méprisés par les Birmans, affluent en masse.

bullet

1937 - Séparation d'avec l'Inde et gouvernement autonome birman. Les luttes de pouvoir déchirent le pays.

bullet

1942 - Aidés par l'Armée birmane indépendante, les Japonais pénètrent dans le pays et proclament son indépendance, autorisant Aung San (futur "père fondateur" de la Birmanie indépendante) et ses "trente camarades" à créer l'Armée nationale birmane (BNA). L'un d'eux, un Sino-Birman au nom de guerre de Ne Win ("brillant comme le soleil"), en devient le chef d'état-major. Vers la fin de la guerre, la BNA changera de camp.

bullet

1948 - Le 4 janvier, la Birmanie devient indépendante et quitte le Commonwealth. Le nouveau gouvernement de U Nu se trouve confronté à la désintégration du pays, aux mains de divers groupes rebelles : tribus montagnardes, communistes, musulmans du Rakhine, Môn, armées privées, dacoits, force chinoise anticommuniste, mutins en tous genres...

bullet

1958 - Arrivée d'un gouvernement militaire dirigé par Ne Win.

bullet

1962 - Politique de "la voie birmane vers le socialisme". Nationalisations (jusqu'aux commerces de détail) et expulsion des Indiens et Chinois (près de 250 000).

bullet

1988 - Suite à des manifestations en faveur de la démocratie (brutalement réprimées), Ne Win se retire en juillet. En septembre, un coup d'Etat amène au pouvoir le SLORC, Conseil d'Etat pour la restauration de la loi et l'ordre, qui instaure la loi martiale. Le NLD, coalition d'opposition, se rallie autour de Aung San Suu Kyi, fille charismatique de Aung San, bientôt assignée à résidence. La Birmanie est rebaptisée Myanmar.

bullet

1995 - Aung San Suu Kyi reçoit le prix Nobel de la Paix.

bullet

1995 - Aung San Suu Kyi est libérée. Entre-temps, le SPDC (ex-SLORC) poursuit sa politique de répression : violations des droits de l'homme, arrestations arbitraires, tortures, déplacements forcés de populations...

bullet

1999 - Ouverture de plusieurs nouveaux postes-frontières avec la Chine et la Thaïlande. Deux Etats restent fermés à l'étranger.

bullet

2000 - En octobre s'ouvrent des pourparlers entre la junte et Aung San Suu Kyi.

bullet

2001 - Devant la pression internationale, la junte rend illégal le travail forcé, mais la situation sur le terrain ne semble pas avoir beaucoup changé.

bullet

2002 - Aung San Suu Kyi, assignée à résidence depuis septembre 2000, est remise en liberté en mai.

La pagode Shwedagon

Pourquoi le nom Myanmar ?

Le Myanmar (on ne prononce pas le “r”) est le nom choisi en 1989 par la junte militaire afin de couper définitivement les liens avec le passé colonial. Ce terme “Union du Myanmar” remplace celui de “Union de Birmanie” d'origine anglaise. Myanmar fut le nom du pays au XIIIe siècle, il signifie “les premiers habitants du monde”.  Le pouvoir renoue donc avec le passé “glorieux” précédant l'occupation anglaise. De nombreuses villes ont également changé de nom dans le même sens.

Géographie:

Du nord au sud, il faut distinguer Haut-Myanmar et Bas-Myanmar. Le second, centré autour de Yangon (Rangoon) et du delta de l'Irrawaddy, connaît des moussons diluviennes alors qu'autour de Mandalay, le climat est plus sec. La chaleur peut devenir insupportable en été, mais les hivers sont plaisants et tempérés. Dans tout le pays, mais surtout dans les plaines centrales, la forêt a cédé du terrain à l'agriculture et la déforestation bat son plein dans les États shans et karens ; cependant, les forêts tropicales demeurent une des richesses et des splendeurs du pays et abritent une flore et une faune encore relativement peu connues.

Cette diversité géographique révèle une des caractéristiques essentielles du pays, celle-là même qui lui confère son charme et son mystère: le Myanmar est à la croisée des chemins, à la frontière des mondes indien, chinois, laotien et thaï, et c'est de cette diversité qu'est né son caractère unique. Comme corollaire, il occupe aussi une situation stratégique clé dans une région du monde où les enjeux de sécurité demeurent déterminants. Le Myanmar fait tampon entre la Chine et l'Inde, la Chine et l'océan Indien, la Chine et l'Asie du Sud-Est (en règle générale, on peut retenir que la Chine est un voisin encombrant, demandez aux Tibétains ce qu'ils en pensent !). Cette équation fait partie de tous les calculs politiques lorsqu'il s'agit de traiter avec  la junte de Yangon (Rangoon), car à trop vouloir l'isoler, on la rejette presque mécaniquement dans les bras de Pékin. Les militaires birmans sont devenus maîtres dans l'art de jouer de cet équilibre instable et toute leur politique étrangère se fonde sur ce chantage subtil. Qui n'est pas sans danger, cependant, car seul face à la Chine...

Climat:

La meilleure saison pour aller au Myanmar s'étend d'octobre à mars. Éviter la période d'avril à juin pour ceux qui craignent les grosses chaleurs. Cependant, côté positif, les individuels trouvent alors plus facilement de la place dans les avions. Deux régions accessibles, au climat différent : Yangon, au sud, et Bagan-Mandalay, au centre.

Trois saisons :

bulletDe juin à octobre : la mousson permanente de Yangon, noyé sous la pluie, en particulier en juillet et août. En revanche, Bagan est plus sec.
bulletD'octobre à mars : la saison est sèche, la meilleure dans les zones accessibles, toujours ensoleillées mais pas trop chaudes.
bulletD'avril à juin : la saison chaude. Bagan-Mandalay, difficilement supportable.

Affluence maximum en décembre janvier, puis en juillet août. Le soleil se couchant tôt, vous devrez vous adapter à son rythme. Ce qui implique de se lever tôt et de dîner tôt. Seules les maisons de thé transformées en bars à bière vous permettront de flâner un peu... s'il y a de l'électricité.

Formalités:

Le visa: pour les voyageurs individuels, le visa birman est valide 1 mois après émission et 28 jours sur place. En clair, on doit entrer au Myanmar au plus tard un mois après l'obtention du visa, et on ne peut rester dans le pays que 4 semaines au maximum. Donc ATTENTION à ne pas demander votre visa trop tôt sous peine de devoir écourter votre voyage ! 

En revanche, la durée de validité est de 3 mois pour les voyages organisés. Les agences de voyages peuvent se charger des formalités d'obtention du visa et adresser à leurs clients les documents en recommandé avec accusé de réception. Dans ce cas là, vous disposerez du visa FPT qui vous dispense du change obligatoire (voir ci-dessous).

Ambassade du Myanmar à Paris: 60, rue de Courcelles, 75008 Paris. Tel :  01-42-25-56-95. Fax : 01-42-56-49-41. M. : Courcelles. Ouvert du lundi au vendredi de 9 h 30 à 12 h 30 pour les demandes de visa et de 13 h 30 à 16 h 30 pour les retraits. Le visa s'obtient en 4 jours. Vous pouvez leur envoyer une enveloppe timbrée avec vos nom et adresse, qu'ils vous retourneront avec les formulaires à remplir et les renseignements concernant le visa.

Le visa peut aussi s'obtenir à Bangkok assez rapidement : 132 North Santhorn Road, Bangkok 10500. Tél: 233-22-37. Fax : 236-68-98. Ouvert du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h (parfois 11 h 30 !) et de 14 h à 16 h 30. Délai : 24 h. Apporter 3 photos.

Attention: à l'arrivée à Yangon, change obligatoire de 200 US$ en FEC (Foreign Exchange Currencies) pour toute personne voyageant individuellement avec un visa marqué FIT (Foreign Individual Tourist). Si votre visa porte la mention FPT (Foreign Package Tourist), c'est a dire que vous avez pris votre voyage par une agence, vous n'avez pas à changer ces 200 US$.

 

Vaccinations et santé:

 

Avant le départ:

Aucune vaccination obligatoire n'est exigée pour entrer au Myanmar en provenance d’Europe. Nous conseillons cependant de se faire faire un rappel D.-T.-Polio et de se faire vacciner contre l'hépatite A, l'hépatite B et contre la fièvre typhoïde (Typhim Vi), d’autant plus qu’il s’agira d’un séjour prolongé. 

En cas de séjour de plus d'un mois en zone rurale et en période de mousson, l'OMS recommande la vaccination contre l'encéphalite japonaise (disponible en France, dans les centres de vaccinations internationales ; il faut un certain délai, prévoir 2 mois à l’avance). Pour les séjours ruraux éloignés de plus de 48 h de la capitale, le vaccin préventif contre la rage (Verorab) est très recommandé.

Le paludisme est présent dans pratiquement tout le pays, sauf les montagnes/ Pour les médicaments antipaludiques, qui sont vivement conseillés, consulter un médecin, si possible spécialiste (il s'agit d'un paludisme multi résistant). En général, le traitement conseillé est le Lariam.

 

Sur place:

Pas mal de risques d'attraper une de ces diarrhées qui vous épuisent en 24 h. N'oubliez pas que l'eau est généralement polluée. Ajouté à la fatigue du voyage, au manque de confort, ce genre de colite peut tout simplement vous gâcher votre séjour. La formule riz plus thé a fait ses preuves ailleurs, mais l'eau, ici, doit avoir bouilli pendant quelques minutes. Utilisez les habituelles pastilles d'Hydrochlorazone ou de Micropur. Encore mieux : la filtration microbienne de l'eau, qui a fait de grands progrès de miniaturisation (filtres de type Katadyn ou Pentapure). Cela dit, on trouve désormais de l'eau minérale capsulée dans tout le pays. Autant prévoir un stock suffisant de médicaments style Ercéfuryl, à prendre dès les premiers signes de maladie. Évitez de vous baigner dans les rivières. Si vous sentez un point faible de votre organisme de ce côté-là, évitez aussi glaces et glaçons.

Attention aux maux de gorge ou angines, parfois redoutables. Prévoir pastilles, atomiseur, etc.

Autre problème, les moustiques, doués d'une vitalité remarquable, notamment du côté de Mandalay et du lac Inle. Ils vous piquent même à travers les vêtements. Les spirales ne sont pas l'arme absolue (ne pas oublier de les stocker dans une boîte en fer, car quand elles sont cassées, bonjour l'efficacité !). Munissez-vous d'une crème anti-moustiques (repellent), active pendant 3 ou 4 h. De très nombreux atomiseurs, crèmes, lotions vendus en grande surface et même en pharmacie sont très peu ou pas du tout efficaces. Les spécialistes reconnaissent comme les plus appropriés les produits contenant l'une ou l'autre des substances actives suivantes : DEET à 50 % (nom commercial : Insect Écran Peau) à ne pas utiliser chez l'enfant de moins de 3 ans. 35/35 à 20 % (nom commercial : 5 sur 5 Tropic), d'efficacité sans doute équivalente, et utilisable chez l'enfant. Dans tous les cas, s'enduire les parties découvertes du corps toutes les 4 h au maximum. Dormir sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide est très recommandé. On est alors ainsi en grande partie protégé contre le paludisme. 

 

Argent et Change:

L'unité monétaire birmane est officiellement le kyat (prononcer “ chiatte ”). Le kyat est divisé en pyas. 1 kyat (Ks) = 100 pyas. On trouve des billets de 1, 5, 10, 15, 20, 30, 50, 100, 200, 500 et 1 000 Ks. Pour les superstitieux, il existe des billets de 45 et 90 Ks, multiples du chiffre 9, celui-ci étant porte-bonheur.

Les FEC (Foreign Exchange Currencies) :dans la réalité, il vous faudra constamment jongler avec trois monnaies : les kyats, les FEC (Foreign Exchange Currencies) et les dollars.

bulletUn FEC vaut officiellement un dollar, et c'est simplement un moyen pour le gouvernement de prélever 200 dollars à chaque touriste individuel qui entre dans le pays. Vous pouvez acheter ces FEC (à la douane de l'aéroport de Yangon) avec des dollars, une carte Visa ou American Express. En revanche, l'Eurocard MasterCard n'est pas acceptée. Coût de la transaction : 4 %. On vous remettra alors 200 FEC.
bulletLes voyageurs et tous ceux qui ont acheté à l'étranger des prestations touristiques auprès d'une agence de voyages ont nécessairement un visa marqué des trois lettres FPT (Foreign Package Tourist). Dans ce cas, ils ne sont pas obligés de changer 200 US$.
bulletSi votre visa porte la mention FIT (Foreign Individual Tourist), vous êtes obligé d'effectuer le change, à l'arrivée, au poste de douane de l'aéroport de Yangon.
bulletCertaines prestations, comme les nuits d'hôtel, les billets de train ou d'avion, les entrées sur les sites touristiques, ne sont payables qu'en dollars ou en FEC. Le reste se paye en kyats.

 

Le change : au cours officiel, un dollar vaut entre 6 et 8 kyats. Ce cours ne sert que pour les transactions internationales. En réalité, au marché parallèle (quasi officiel en janv 2004):

bullet

 1 US$ = 800 kyats,

bullet

 1 Euros = 900 kyats. 

 

Mais attendez-vous à de sérieuses fluctuations, même au sein du pays.
Malgré sa parité officielle avec le FEC, le dollar est échangé environ 5% de plus que le FEC.
Ne jamais changer dans une banque, au taux officiel. De toute façon, peu de banques font le change. Le mieux est de changer vos dollars chez des commerçants affichant le panneau “ FEC Exchange ”, à l'hôtel ou auprès de changeurs de rue (notamment autour de la pagode Sule, à Yangon [Rangoon]). Faites quand même attention aux petites escroqueries.

Il est impératif de partir avec du liquide, de préférence des petites coupures, en bon état, si possible, sous peine de se retrouver très vite à sec ! Sinon, on peut essayer de retirer de l'argent aux guichets des banques (à Yangon uniquement). Il n'y a qu'une vingtaine de banques privées pour tout le Myanmar. La plupart sont étrangères.

Les cartes de paiement sont relativement peu acceptées (la plus courante est la Visa ; l'Eurocard MasterCard est refusée), même dans les grands hôtels et les principales agences de voyages, et très rarement ailleurs.
Le retrait d'espèces au moyen d'une carte de paiement est impossible à Yangon. En cas d'urgence, le bureau de la BFCE (Banque Française du Commerce Extérieur) à Yangon peut toutefois dépanner les porteurs de carte Visa.

Pas de distributeur automatique de billets au Myanmar.
Les chèques de voyages sont très très difficiles à échanger, en dehors de l'aéroport de Yangon et des MTT (offices du tourisme officiels). Au dernières nouvelles, a cause du Boycott des USA, les chèques Américan Express seraient carrément refusés...