Accueil 2001-2004
Nouveaux voyages
Escapades
Le Vietnam
Le Népal
L'Algérie
Le Niger
Le Mali
Le Brésil
Madère
Bolivie/Chili
La Birmanie
Accès direct photos
Pages de Claire
Photo du mois
Sites Voyages

Voyage en Algérie, récit au jour le jour

                   

 

algerie_generale-.jpg (30096 octets)

Carte et itinéraire

Le voyage a eu lieu du 24 Février au 10 Mars 2002.

Au retour du voyage, voici le récit de cette expédition. Ce fut vraiment une aventure, avec pas mal d'évènements et de situations imprévues

 

Di

24

Vol direct Paris - Djanet, organisé par Point Afrique (départ prévu vers 9h00). En fait l'avion de Khalifa Airways, en provenance d'Alger (!!) arrivera et repartira avec une heure de retard. Après un superbe vol, et de belles vues sur l'Algérie, nous sommes accueillis à l'aéroport de Djanet par notre équipe Touareg (guide et chauffeurs). Le groupe fera 10 touristes + 3 chauffeurs, 1 cuisinier et 1 guide. Départ direct en 4X4 plein sud pour un lieu nommé In Djerren. Le temps est magnifique, d'un bleu profond. Premières belles vues sur le plateau du Tassili N'ajjer que nous contournons par le sud. Sur notre route, paysage de plateaux effondrés et d'étendues plates sableuses. Bivouac entre de gros blocs de pierres, beau coucher de soleil.

Lu

25

Nuit agréable en plein air, et départ toujours plus au sud. Les bancs de sable doré des hautes dunes attenantes à la falaise forment le décor et l'entrée d'In Djerren. Après une matinée de 4x4, nous pique-niquons près d'une grotte avec les premières peintures rupestres. 

Le trek commence l'après midi le long du canyon jusqu'au site labyrinthique de Mulgana.  Nous marchons au fond de larges canyons avec des dunes de sable ocres montant par endroits à l'assaut des falaises. Quelques peintures. Bivouac dans un petit cirque de rochers sur le sable d'une dune. La lune est présente toute la nuit telle un grand lampadaire.

Ma

 

 

 

 

 

 

 

 

26

Progression cette fois-ci vers le nord. Nous marchons toujours dans un inextricable parcours de canyons aux falaises ciselés, avec des bancs de sable échoués. Rencontre incongrue d'un groupe de motards dont le seul de plaisir est de monter le plus vite possible sur les dunes jusqu'à essoufflement de la machine... Résultat, les dunes sont sillonnées de traces de roues ! On se croirait parfois sur les dunes du Touquet. 

Le soir, arrivée au pied d'un erg de dunes imposant. Notre bivouac se fait au pied d'un pic rocheux impressionnant, et à l'abris d'énormes blocs. Un des plus beaux campements. Le soir, sous la pleine lune, ballade sur la dune. Le sable apparaît blanc et ressemble à une mer infinie... spectacle hallucinant. 

 

 

Me 27

Ce matin, montée progressive au sommet de la plus haute dune. Facile sauf vers le sommet ou la pente se fait plus raide, et le sable plus glissant sous les pieds... Mais quel paysage au sommet. Vers l'est le plateau Libyen de l'Akakous. Au nord le plateau du Tassili N'ajjer. Vers le sud, le plateau effondré de la Tadrart, avec ses canyons et dunes mélangées, et au loin, l'immensité du Ténéré. A nos pied, une étendue salée, asséchée, blanche, contrastant avec l'ocre des dunes. 

Descente rapide, et retour dans les canyons pour un trajet toujours diversifié, entre sable et rocher. Bivouac près d'un énorme rocher, entre des touffes d'herbes folles, sous la lune.

Je 28

Journée de ballade dans ces paysages désolés. Le temps est toujours aussi magnifique, bleu et chaud au soleil, frais à l'ombre.

Arrivée tôt au bivouac au site de Tin Merzouga. En face de nous se trouve la plus haute dune de la région, dont nous allons faire l'ascension pour le coucher du soleil. Montée dure, surtout vers la fin comme d'habitude (180m de dénivelé dans le sable...), mais tout le groupe y arrivera... De la crête, vue encore plus sublime que la veille, surtout au coucher de soleil. Les cordons de dunes nimbés de rouge s'étendent à l'infini, vers les plateaux libyens. A nos pied des bandes rocheuses alternent avec les bancs de sable rouges.. Nous resterons jusqu'à disparition totale du soleil (et même apparition de la lune pour certains. Descente folle et rapide... pour un bon thé au bivouac, et une nuit fraiche.

Ve

1

Fin de rando dans des paysages moins tourmentés. Au sol plus de verdure (touffes d'herbes jaunies) et des traces de chameaux, mais nous n'en verrons aucun. Après 5 jours dans ces paysages, nous nous apercevons que finalement nous n'avons rencontré personne... c'est vraiment le désert !
L'après-midi reprise des 4x4 et piste vers l'ouest et le nord. Bivouac au pied d'un reste de plateau écroulé, et d'une belle dune isolée. Coucher de soleil depuis la dune, avec vue sur le plateau rocher noir et infini...

Sa

 

 

 

2

Retour en 4x4 sur Djanet, via le site de Teghaghart (la vache qui pleure). Au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la Tadrart, le paysage s'étend, devient plus plat. Quelques records de vitesse sur ces plateaux, et vue sur l'erg Admer à l'Ouest. Le temps devient plus blanchâtre, et la gravure de la vache qui pleure se détache moins qu'il ne faudrait...

Installation à l'auberge en plein centre ville. Douche et thé à l'unique café de Djanet. 

Nous apprenons que le programme de notre deuxième circuit sera inversé, en raison de la présence de la moitié du groupe à Tamanrasset. Finalement nous ferons un bref transfert en avion vers Tam et retour à Djanet en 4x4 .... Les protestations n'y font évidemment rien, et il vaut mieux prendre cela du bon coté.

La suite..... sera une aventure à elle seule !!!!

Di

 

 

3

Petit-déjeuner. Brève ballade dans la palmeraie à la découverte des jardins et des habitants. Arbres en fleurs et champs bien cultivés.

Vers 11h, départ à l'aéroport pour le vol Djanet-Tam-Paris. Avec nous les membres du premier groupe qui repartent sur Paris. Les évènements leur permettront de rester un peu plus longtemps en Algérie.

Récit court de nos aventures: 

L'avion arrive avec 2h30 de retard. A l'atterrissage, le pilote fait une petite erreur et détériore un pneu. Changement de roue sur l'aéroport (2h). Tout l'avion est répandu sur le parking et autour des bâtiments (environ 180 pers). Embarquement et roulage sur la piste, mise de gaz, puis freinage brutal... Informations successives d'un essai de frein, de débarquement d'urgence, d'attente des autobus. Bref, une heure après retour en bus à l'aérogare. Il est maintenant 20h et il sera impossible de re-décoller ce soir, l'aéroport n'étant pas équipé !!! Djanet n'ayant pas assez d'hôtels, nous allons bivouaquer dans l'aérogare et autour, des matelas nous serons amenés...

Vision surréaliste de dizaines de matelas échoués dans les salles d'embarquement, de touristes en sacs de couchage sur le sable à coté de la piste, avec l'avion en plan de mire. L'ambiance reste bonne, mais quand repartirons nous ?

Lu

 

4

Le lendemain, après une nuit assez correcte (somme tout, ce n'était qu'une nuit de plus en bivouac...), chasse à la nourriture. La compagnie Khalifa a amené en pleine nuit des cartons de boites de thon, de biscuits et de pains dont les restes jonchent l'aérogare. Ca devient comique. Nous attendons un nouvel avion parti ce matin d'Alger. Il arrivent enfin vers 12h, nous embarquerons, attendons encore une heure pour les bagages (mais que font-ils ???) et nous partons. Ouf. 

A Tam, évidemment, le groupe précédent est parti. Il faut discuter avec le responsable et les chauffeurs de notre futur itinéraire. Allons-nous rattraper le retard, quel trajet peut-on écourter ? Finalement, nous tombons d'accord sur une escale pour la nuit au refuge de l'Assekrem (non prévue, mais seul endroit ou nous pourrons manger et dormir, puisque le reste du groupe a toute la nourriture...). Re-ouf ! 

Longue route jusqu'au refuge, ou nous arrivons trop tard pour le coucher du soleil, mais c'est tout de même beau... Nous montons tout de même sur le plateau (2 728 m). Paysage fantasmagorique des pitons dans le noir !

Nuit et soirée agréable au coin du feu. Demain, lever à 6h pour le lever du soleil.

Ma

 

 

 

 

 

 

 

 

5

Montée tôt au refuge. Il fait gris, mais le soleil levant pointe entre les nuages et nous fait de belles images étranges. C'est un lieu envoûtant; on domine le désert, et ce paysage de pics et rochers. A l'Ermitage, petite messe par les deux pères chrétiens. Impression de bout du monde...

Départ sur une très mauvaise piste pour le village Touareg d'Hirafoks, ou nous retrouvons le reste du groupe, en attente depuis le matin. Et, tous les 4x4 ensemble, nous partons pour Ideles. Bref arrêt mécanique dans ce village perdu sur un plateau (belles photos de quelques habitants, et ballade dans les jardins potagers) et nous continuons vers les salines de l'Amadhor'as. Passage au fond d'un lac asséché où le sel affleure. 

Cette après-midi fut longue et assez monotone, la piste remontant vers le nord sur un plateau aride. Bivouac au pied des contreforts de la chaîne du Tefedest, à l'abri du vent de sable menaçant. L'arrivée tardive nous empêche d'avoir une soirée agréable autour d'un feu... de plus le groupe ne semble pas très motivé par ce genre de festivité... On verra les jours prochains !

 

Me

6

Nous continuons sur ce plateau aride et sec. Le vent de sable nous rejoint et obscurcit tout. Étrange vision de ces tourbillons gris ou jaunes. Heureusement, ce n'est pas en continu, et nous avons de belles échappées sur un paysage de dunes jaunes et de rochers noirs. Pique-nique au pied de l'erg tihdaine, d'ou la vue doit être somptueuse avec moins de nuages !

L'après midi est plus belle, avec de larges oueds ensablées, des pyramides de cailloux. Le tout sous un vent de sable plus ou moins continu... Nous perdons même deux 4x4 égarés sur une dune. Vite retrouvés grâce à la vue perçante de notre chef d'expédition.

Très dure montée sur le plateau du Fadnoun. Le paysage change totalement et devient un chaos de rochers sculptés par le vent.

Bivouac très agréable dans un petit cirque de rochers, dans un abri sous roches, à l'abri de la pluie qui nous surprend un peu... Le paysage ressemble à celui de la Tadrart, en moins rouge.

Je

7

Visite de Tasset, site connu pour ses peintures rupestres, à proximité de notre bivouac. Il fait très beau ce matin, mais cela ne va pas durer ! Nous continuons sur le plateau jusqu'au site de Dider célèbre par ses gravures rupestres. Effectivement, ce grand rocher horizontal, sur lequel nous devons marcher pieds nus, regroupe des gravures émouvantes, comme ces autruches emmêlées, ou ces gazelles dormantes...

Nous rejoignons la grande route goudronnée Ouargla - Djanet, et après un pique-nique dans un site assez lugubre (roches et poussière), nous descendons rapidement du plateau. 

L'après midi, route pour le site d'Essendilène ou nous arrivons assez tôt pour remonter à pied le canyon et voir la guelta. Encore un canyon fantastique, profond et sauvage, envahi par le lauriers roses... Dommage, le vent de sable nous a encore rattrapé et obscurcit tout.

Bivouac sous une énorme falaise en surplomb, et pour une fois un peu d'animation autour du feu, avec champs et musique par une partie du groupe.

Ve

 

 

 

 

8

Demi journée de ballade en 4x4 dans les environs d'Essendilène. Paysage de canyons et de dunes comme dans la Tadrart, avec un sable jaune. Belle échappées avec un peu de soleil.

Pique-nique au pied des premières dunes de l'erg Admer, plus très loin de Djanet. Cet erg est un des plus grand de cette région et semble partir à l'infini vers le sud..! Beau soleil pour une fois.

L'après-midi nous ramène à Djanet, ou nous nous retrouvons au café autour d'un thé. Quelques préparatifs et recherches...? des chauffeurs et nous repartons en fin de journée pour le plateau du Tassili n'ajjer. Bivouac au pied des falaises, dans un petit oued ensablé, très agréable. Demain, enfin un peu de marche pour monter sur le plateau...

Sa

 

 

 

 

 

 

 

 

9

Aujourd'hui donc, nous abandonnons les véhicules 4x4 pour entreprendre l'ascension du plateau des N'Ajjers qui domine Djanet. Dure montée de 700m environ, dans un éboulis qui nous permet d'avoir des vues magnifiques sur l'erg Admer au loin. Le temps est encore au gris... on a pas trop chaud, mais c'est moins beau ! Sur le plateau, immense, découpés par de petits canyons, nous visitons le site site de Djabbaren avec ses 5 000 peintures rupestres. Nous n'en verrons pas autant, mais ce seront les plus belles de notre voyages. Superbes représentations de troupeaux, et de fins guerriers de la préhistoire. Photos et souvenirs inoubliables.

Re-descente du plateau par la même faille. Temps toujours gris, tant pis, ce fut tout de même une belle ballade.

Le retour à Djanet sera moins gai, pour une nuit à l'auberge de jeunesse à 10km du centre... Douche froide et lits défoncés... Ah, qu'on est bien en bivouac..!

Di

10

Temps libre à Djanet pour une dernière ballade dans la palmeraie. Évidemment, le jour du départ le soleil est revenu.. Cela nous permet de prendre quelques belles photos des jardins potagers, mais dommage tout de même pour la ballade du plateau... Départ à l'aéroport. Nous croisons les doigts pour que tout se passe bien cette fois. L'avion n'aura que deux heures de retard cette fois. Le vol pour Lyon (et oui, pas de charter direct pour Paris cette semaine...), passe par Tam encore une fois. Le survol du désert fut magnifique, avec une belle arrivée dans le Hoggar.

Re-décolage pour Lyon au soleil couchant et arrivée à 22h00. Évidemment, il n'y a plus de trains pour Paris à cette heure, et nous passons la nuit à l'hôtel.

Lu 11

Dernière demi-journée non prévue qui nous permet de rentrer enfin à Paris en TGV. (strapontins, car plus de places bien sur...)

Ce voyage fut vraiment mouvementé question transport, mais tout de même magnifique pour les paysages... Dommage que le soleil n'est pas été tout le temps présent, et que les groupes n'aient pas été plus agréables...